Comment bien lire le compte-rendu d’une radio du rachis lombaire!

Qu’est-ce qu’une radio du rachis lombaire?

Couramment, on dit Radio lombaire. Cependant, Le terme exacte est radiographie du rachis lombaire.
Les termes que l’on lit dans les comptes rendus sont des termes médicaux difficilement compréhensibles.
Je vous explique tout!

Radiographie:

Une radiographie est une technique d’imagerie médicale qui permet de visualiser l’intérieur du corps humain. Elle permet de voir notamment les os et certains organes. cependant, elle ne permet pas de voir les ligaments, le cartilage, les muscles et les disques inter-vertebraux.

Radio-rachis-lombaire

Elle utilise les rayons X. Nous sommes tous exposés aux rayon X qui sont un rayonnement cosmique (le soleil et les astres) naturel. Cette exposition que nous recevons tout au long de notre vie ne porte pas à conséquence. Une radiographie lombaire correspond à 6 mois de radiations naturelles.
Par extension, on emploi le terme de radiographie pour désigner le cliché correspondant. Il est de plus en plus rare de récupérer les clichés radio imprimés. Le plus souvent, vous recevez le compte-rendu du médecin radiologue ainsi que les codes pour aller consulter sur internet les clichés.
Une Radiographie permet de vous

Pourquoi faire une radio du rachis lombaire ?

Dans le cadre d’une douleur aigue:

La douleur est la première raison pour laquelle une personne passe une radio du rachis lombaire.
Cette douleur est soit issue d’un traumatisme, un choc: On parle alors de douleur aigue.
Si vous ne voyez pas la différence entre douleur aigue et chronique, je vous invite à lire ou écouter l’article que j’ai fait sur ce sujet en cliquant ici.
Dans le cadre de traumatisme important ou non, le premier examen prescrit est la radiographie.
Il va permettre d’exclure une fracture. Une fracture mal consolidée peut entrainer d’autre problématiques c’est pourquoi il est important de commencer par cette recherche.

Ce que l’on voit très bien à la radio, ce sont les os: c’est donc complètement indiqué. Une fois que l’on est sûr que rien est cassé, on va pouvoir avancer dans le diagnostic pour trouver d’où vient la douleur.

douleur lombaire

Dans le cadre de la douleur chroniques:

l’examen d’imagerie médicale initial est là encore la radiographie. Je vois souvent des patients qui arrivent déçus à mon cabinet car on ne voit rien sur leur radio et qu’en général, ils s’en doutaient.

Ne rien voir de particulier sur une radio est ce qui peut vous arriver de mieux!
Lors d’un examen radiologique, le médecin radiologue va rechercher une solution de continuité (un trou ou une fissure dans l’os) et/ou une exostose (une augmentation de la quantité d’os).
Si le médecin trouve une trou ou une bosse, il peut s’agir de maladies plus graves que lorsque l’on trouve quelque chose sur un scanner ou IRM. En effet, cela signifie que c’est suffisamment gros pour etre visible « à l’oeil nu » sans avoir à utiliser de l’imagerie qui vous découpe en tranche pour voir quelque chose.

Il peut donc s’agir d’une tumeur (cancer) ou d’une fracture.

Ce que l’on peut voir sur une radio du rachis lombaire

Discopathie dégénérative:

Elle correspond à la dégénérescence du disque c’est à dire à l’usure du disque. C’est une conséquence naturelle du vieillissement. Comme la peau, avec l’âge, le disque perd ses capacités élastiques et ses propriétés d’amortisseur de contraintes se dégradent. Cette usure, en fonction de la sollicitation du dos, peut apparaitre plus ou moins rapidement. A la radio, on ne voit pas le disque usé, on voit l’espace entre les vertèbres qui est diminué

Arthrose:

c’est une dégénérescence de la surface articulaire. Le cartilage s’érode et le glissement se fait moins bien. Cette arthrose apparait avec l’âge: elle concerne 65% des plus de 65 ans. elle augmente avec l’age, l’exces de pression et les désordres métaboliques (diabète, obésité).
Au terme d’arthrose est associé:

  • géode : c’est une diminution de la densité de l’os sous le cartilage. Sur la radio, on aperçoit des ronds noirs, c’est pourquoi on parle de géodes
  • ostéophyte: ce sont des excroissances osseuses. Comme le cartilage n’amortis plus, la contrainte sur l’os augmente. En réponse à cela, il produit encore plus d’os au lieu du cartilage. Ils apparaissent sur les bords de l’articulation
  • bec de perroquets: c’est le terme non médical pour ostéophytes

Discarthrose:

Elles sont souvent utilisées indistinctement avec la discopathie dégénérative. Pourtant, la discopathie dégénérative réfère uniquement à l’état du disque. La discarthrose, elle, ajoute à l’état du disque, l’état des vertèbres: c’est à dire la présence d’arthrose sur l’articulation disco-vertébrale.

Spondylolisthésis:

SpondylolisthesisL5S1

C’est le glissement d’une vertèbre par rapport à celle du dessous. Sur les lombaires, on trouve essentiellement des antélisthésis.

Antélisthésis:

Le glissement de la vertèbre se fait vers l’avant. on la classifie par grade: de 1 à 4, en fonction de l’importance du glissement

Lyse isthmique ou spondylolyse:

Lyse signifie destruction. Lorsque le glissement est important, la liaison osseuse entre la partie avant de la vertèbre et la partie arrière (appelée l’isthme) peut se casser. On parle alors de lyse isthmique ou fracture de l’isthme.

Scoliose:

La scoliose est une déformation de la colonne vertébrale dans les 3 plans: en extension, inclinaison, rotation. Cette scoliose se crée à l’enfance et à l’adolescence. Après la croissance, la scoliose n’augmente, en général, pas.

Attitude scoliotique

On parle d’attitude scoliotique lorsqu’à la radio, on trouve une inclinaison des corps vertébraux mais pas de rotation ni d’extension.

Ce que l’on ne peut pas voir:

La radiographie permet de visualiser les tissus denses: c’est à dire les os.
C’est pourquoi, sur une radio lombaire, vous ne verrez pas de hernie discale, de protrusion discale de bombement discal, de contact entre la racine nerveuse et le disque.
Vous ne verrez pas non plus d’entorse, de rupture ligamentaire.
Concernant le canal lombaire étroit, il nécessite une vue en coupe donc invisible aussi à la radio.

Les autres examens

L’IRM sera utilisé pour voir les tissus mous donc tout ce que nous avons cité juste au dessus.

Le scanner sert à visualiser avec grands détails les os. Il est donc utilisé pour chercher les micro-fractures, les calcifications des tissus mous ou faire un bilan des fractures complexes.

Conclusion

La radiographie du rachis lombaire est l’examen d’imagerie médicale de première intention lors d’une douleur lombaire. Elle permet dans un premier lieu d’effectuer un diagnostic d’exclusion: vérifier qu’il n’y a ni fracture ni cancer.
Grace à la radiographie, on peut constater l’état des vertèbres et les déformations de la colonne vertebrale dans son ensemble.
Une fois cette première vision acquise, il est possible dans un second temps et selon les symptômes présentés d’effectuer d’autres examens tels que l’IRM et le scanner.

Si cet article vous a plus, pensez à le partager à tous ceux qui ont mal au dos!



Ressources:
Site de l’inserm

Alliance nationale contre l’arthrose

Si vous avez aimez cet article, vous êtes libre de le partager!

9 thoughts on “Comment bien lire le compte-rendu d’une radio du rachis lombaire!

  1. Merci pour ton article Luc. Pour compléter ton article je précise juste que le médecin ne doit normalement pas prescrire de radiologie avant 3 mois d’évolution de la douleur lombaire sauf en cas de présence de drapeaux rouges médicaux. Sans radio, cela donne finalement plus de chance au patient de guérir! Au plaisir, joli thème aujourd’hui!

  2. Merci pour tes explications très claires ! Le sujet de ton blog me parle, car j’ai une mauvaise posture depuis l’enfance. A vrai dire j’ai commencé à m’en préoccuper sérieusement uniquement à l’age adulte, en je fais des exercices tous les matins pour améliorer l’état de mon dos. Je suis sûre qu’il y a encore beaucoup de choses à apprendre et à appliquer. Je vais suivre de près tes publications.

    1. Merci pour ton retour. C’est une très bonne chose de prendre le temps de faire des exercices pour t’entretenir. Je t’encourage à continuer !

  3. Merci pour cet article très intéressant qui permet de mieux comprendre qu’il est inutile de pester contre son médecin parce qu’il ne nous prescrit pas tout de suite l’IRM dont nous pensons que nous avons forcément besoin. Vous nous rappelez qu’un diagnostic différentiel repose avant tout sur la prise en compte d’éléments permettant d’exclure une maladie plutôt que ceux permettant de la confirmer. Et pour cela, il faut utiliser les techniques appropriées.

  4. Merci pour cet article interessant.
    Je me permets juste de dire que la radio seule n’est pas suffisante pour poser un diagnostic, la personne doit être prise dans sa globalité : douleur, contexte de la demande, antécédent…

  5. Merci pour cet article sur la radiographie lombaire. Elle est déjà bien utile dans le diagnostic d’exclusion à mon sens. J’aurai tendance à apporter une nuance sur le fait de la prescrire d’emblée ou pas et notamment de ne pas prescrire en l’absence de drapeaux rouges. Au delà du coût de l’examen et de l’exposition aux rayons X, elle peut avoir aussi un caractère rassurant pour le patient en lombalgie aiguë et quasiment non ambulatoire. Ainsi rassuré, il sera plus enclin à reprendre doucement ses activités et ne pas tomber dans les lombalgies chroniques, par peur d’avoir encore plus mal. Les lombalgies chroniques restent d’ailleurs une cause importante d’arrêt de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.